Tempo Tabou : visuels de la saison 2017-2018

Créations graphiques pour une émission diffusée sur C-Lab

2017

Affiche pour Tempo Tabou #50

Visuel créé pour illustrer un programme radio.

Lancement de saison avec une figure féminine et exotique. Il s'agit d'une danseuse javanaise portant le costume traditionnel. L'affiche est centrée sur son corps, la tête coupée à mi-visage. Les parures son donc mise en avant. Ainsi c'est sur le rituel et non la personne que l'accent est mis. Le corps devient le vecteur du mystère.

Liens : Podcast sur Clab.
Image originale : Library of Congress.

2017

Affiche pour Tempo Tabou #51

Graphisme pour une émission de radio.

Deuxième émission depuis la rentrée 2017, le poster promotionnel met en scène un détail du portrait de la Comtesse Dudley. Il exploite la surexposition et du clair-obscur provoqué par l'éclairage latéral.

Liens : Podcast sur Clab.
Image originale : Library of Congress.

2017

Affiche pour Tempo Tabou #52

Création pour un programme radiophonique.

La création graphique de l'émission du mois de novembre utilise la photographie noir et blanc d'une certaine Miss E.P. Outlaw. Encore une fois dans cette série on utilise un fragment de visage, pour suggérer que l'essentiel est caché, au-delà des apparences.

Liens : Podcast sur Clab.
Image originale : Library of Congress.

2017

Affiche pour Tempo Tabou #53

Graphisme pour une émission.

Deux jeunes sportives aux visages très différents, l'un très féminin et l'autre androgyne, posent dans le maillot de leur équipe. Le regard, tourné vers le photographe, est souriant et nous donne une impression d'insouciance. Derrière les rehauts de couleur, on voit de petites griffures sur le cliché, qui suivent les traits du visage, comme si l'on avait dessiné par-dessus, pour une blague potache.

Liens : Podcast sur Clab.
Image originale : Library of Congress.

2018

Affiche pour Tempo Tabou #54

Visuel pour un podcast.

Sur cette image, on voit : trois danseuses, les bras levés, les mains jointes, les pieds nus, le regard vers le ciel, habillées de robes blanches. Cette scène, qui se situe dans un espace naturel, évoque un rituel païen. Cette dynamique de la danse, de la communion est renforcé par le bandeau coloré qui parcourt les contours du groupe.

Liens : Podcast sur Clab.
Image originale : Library of Congress.

2018

Affiche pour Tempo Tabou #55

Création graphique pour un programme radio.

Le modèle sur la photo est l'actrice Maude Fealy. On a zoomé sur le portrait, masquant ainsi les limites du corps et insistant sur les détails et l'artificiel de la pose. À la fois révélés et cachés : la chevelure foisonnante, un coin de regard, la délicatesse des mains, le vêtement vaporeux. Cette série de visuels se base sur un jeu entre le dévoilé et le masqué.

Liens : Podcast sur Clab.
Image originale : Library of Congress.

2018

Affiche pour Tempo Tabou #56

Création graphique pour un programme radio.

Sur ce poster Sarah J. Ryan pose dans une robe blanche, qui semble très sophistiquée, un "habit du dimanche". Derrière elle un décor en trompe-l'œil, mêlant végétaux et architecture métallique, une serre peut-être. Sur le côté droit la photographie est abîmée, comme rongée par la moisissure. On met en scène ici la mémoire qui s'efface inexorablement.

Liens : Podcast sur Clab.
Image originale : Library of Congress.

2018

Affiche pour Tempo Tabou #57

Affiche promotionnelle pour un podcast

Anna Duncan danse sur une plage. Le cartouche recouvre presque entièrement son corps ne laissant voir que les extrémités de ses membres. On devine donc sa posture, plus qu'on ne la voit. De même, le paysage devient incertain.

Liens : Podcast sur Clab.
Image originale : Library of Congress.

2018

Affiche pour Tempo Tabou #58

Visuel créé à partir d'une photo d'archive

Deux femmes assises posent dans une photo de groupe. Intitulée, "Hunt Breakfast", soit "un petit-déjeuner de chasse", elle présente onze jeunes personnes vêtues pour la chasse : bottes de cuir, cravache, gants... L'accoutrement et le solennel de la photo, n'entament pas la bonhomie du groupe qui semble très conscient du ridicule de l'apparat. Une fois recadrée, on se concentre sur ces deux femmes asises, portant la cravate avec naturel et qui nous donne un sentiment de décontraction.

Liens : Podcast sur Clab.
Image originale : Library of Congress.